Rechercher sur le site

Topic-icon Le RIPE NCC, annonce avoir alloué le dernier bloc d'adresses IPv4

  • Messages : 91

Le RIPE NCC, annonce avoir alloué le dernier bloc d'adresses IPv4 a été créé par Modérateur du Forum

Le RIPE NCC, le registre d'adresses IP qui dessert l'Europe et leMoyen-Orient, est à court d'adresses IPv4, Il annonce avoir alloué le dernier bloc d'adresses IPv4

 
Dans l’après-midi de ce lundi, le RIPE NCC a annoncéqu’il venait à présent d'allouer le dernier bloc d’adresses IPv4 qu’il détenait dans son pool d’adresses. Cela signifie que l’Europe est désormais à court d’adresses IPv4. Selon le communiqué du RIPE NCC, les opérateurs et les hébergeurs qui auront prochainement besoin de telles adresses devront s’inscrire sur une liste d’attente pour, éventuellement, obtenir une petite ration de 256 adresses. Toutefois, cette situation de pénurie peut entraîner quelques problèmes de connexion.

L’épuisement des adresses IPv4 dans la région de l’Europe ne devrait être une surprise pour personne, car la sonnette d'alarme a été lancée depuis longtemps déjà et répétée plusieurs fois cette année. Le RIPE NCC considère à cet effet
que les LIR (Local Internet Registry) se sont préparés à cette situation.
« Aujourd'hui, à 15h35 UTC+1 le 25 novembre 2019, nous avons procédé à l'allocation finale /22 IPv4 à partir des dernières adresses disponibles dans notre pool. Nous sommes maintenant à court d'adresses IPv4 », a déclaré
l’organisme dans un communiqué sur son site.

« Notre annonce ne sera pas une surprise pour les opérateurs de réseaux : la communauté RIPE a depuis longtemps anticipé et planifié l'épuisement d'IPv4. En fait, c'est grâce à l'intendance responsable de ces
ressources par la collectivité que nous avons été en mesure de fournir des milliers de nouveaux réseaux dans notre région de service avec /22 allocations après avoir atteint notre dernier /8 en 2012 », a-t-il ajouté. Dans le même
temps, le RIPE NCC a déclaré qu’il a mis en place une action visant à collecter
les adresses IPv4 inutilisées et les redistribuer.

« Même si nous n'en avons plus, nous continuerons à récupérer les adresses IPv4 à l'avenir », a déclaré l’organisme. Ces adresses proviendront d'organisations qui ont cessé leurs activités ou dont les comptes LIR sont
fermés, ou de certains réseaux qui renvoient des adresses dont ils n'ont plus besoin. Toutefois, pour en bénéficier, vous devez être inscrit sur une liste d’attente et les adresses seront attribuées selon votre position sur la liste.
Ceux qui ont déjà été servis par le passé ne seront pas pris en compte sur cette liste, car le RIPE va privilégier les nouveaux acteurs.
 

« Bien que nous nous attendions donc à allouer IPv4 pendant un certain temps, ces petites quantités ne se rapprocheront pas des millions d'adresses dont les réseaux de notre région ont besoin aujourd'hui. Seuls les
LIR qui n'ont jamais reçu d'allocation IPv4 du RIPE NCC (quelle que soit leur taille) peuvent demander des adresses sur la liste d'attente, et ils ne peuvent recevoir qu'une seule allocation /24 », a déclaré le RIPE. Les LIR qui ont
soumis une requête IPv4 peuvent voir leur position sur la liste d'attente sur le portail LIR.

Un nouveau graphique a également été publié qui montre le nombre de demandes sur la liste d'attente et le nombre de jours d'attente. Selon l’organisme, cette situation risque de porter préjudice au net. « Avec l’épuisement des
adresses IPv4, nous risquons d’avancer dans un avenir où la croissance de notre Internet sera inutilement limitée, pas à cause d’un manque d’ingénieurs réseau qualifiés, d’investissements ou d’équipements techniques, mais par une pénurie d’identifiants réseau uniques », a déclaré le RIPE NCC.

Par ailleurs, cela rappelle à quel point le déploiement de la nouvelle version du protocole, l’IPv6, est plus important que jamais. La transition vers l’IPv6 a commencé dans plusieurs régions du monde, mais le taux de déploiement reste
relativement bas. Pour l’occasion, Nikolas Pediaditis, responsable des services de registre au sein du RIPE NCC, a lancé un appel aux différentes parties
prenantes pour soutenir le déploiement du protocole IPv6. En France, l’Arcep a créé le mois passé un groupe de travail dansl'optique d'adoucir la transition vers l'IPv6.

L’iPV6 doit à terme remplacer l’iPv4, car l’IPv4 devrait totalement s’épuiser dans toutes lesrégions du monde avant la moitié de la prochaine décennie. Grâce à des adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important que l’IPv4. Cependant, son déploiement est relativement compliqué à mettre en place, nécessitant une période de transition avec la cohabitation des deux protocoles iPv4 et iPv6. Free mène la danse en France, mais ne laissera plus l’abonné choisir entre l’IPV4 et l’IPV6, comme c’était le cas jusqu’à présent.

D’un autre côté, à la date du 11 janvier 2018, le baromètre de Google indiquait que 18,23 % des internautesaccèdent à ses services via IPv6. Le 13 janvier 2019, ce pourcentage est passé à 25,91 %. Google recueille en permanence des statistiques relatives à l'adoption de l'IPv6 sur Internet. En publiant ces informations, l’entreprise espère aider les fournisseurs d'accès à Internet, les propriétaires de sites Web et les décideurs durant la mise en place de l'IPv6 dans le secteur. En Europe, le baromètre a indiqué que la France était à 24,61 %, contre 41,36 % en Allemagne.
Il faut noter que le pourcentage en Allemagne est plus élevé que celui des États-Unis qui totalise un déploiement de 34,5 %. Cela dit, le pourcentage est à relativiser dans la mesure où la couverture américaine est beaucoup plus
importante que la couverture allemande. Ainsi, un plus fort pourcentage d’adoption en Allemagne ne signifie donc pas une quantité d’IPv6 plus importante qu’aux États-Unis. Les chercheurs ont aussi noté que personne
n’exploite l’IPv6 seul. Tous les opérateurs réseau doivent offrir la meilleure compatibilité possible avec les autres réseaux et le plus possible de points finaux et d’applications.

L’on estime que l’IPv6 ne couvre pour l’instant qu’un quart de la Toile. Tous les acteurs sont donc obligés, pour l’instant, de proposer des connexions IPv4.
En attendant que le déploiement de l’IPv6 atteigne une grande proportion et qu’il devienne vraiment une alternative, ils devront se procurer les adresses IPv4 dont ils ont besoin auprès de ceux qui en ont déjà, en les « achetant » ou en les « louant ». Ceci représente le début d'un marché secondaire, avec tous les risques que cela implique en matière d’augmentation des prix et de dépendance par rapport à un fournisseur.

Le RIPE NCC a annoncé qu’il apporte son soutien à ses membres et à toute la communauté RIPE dans le déploiement de l’IPv6. En plus d'allouer les ressources IPv6 nécessaires, il continuera à fournir des conseils, de la formation, des
mesures et des outils pour aider les opérateurs de réseaux à mettre en œuvre leurs plans de déploiement. « Nous sommes optimistes et impatients de voir ce que le prochain chapitre apportera. Mettons-nous donc au travail et,
ensemble, façonnons l'avenir d'Internet », a conclu le RIPE NCC dans son communiqué.


Source : Communiqué du RIPE NCC
26/11/2019  par Bill Fassinou Site Développez.com
 
29 Nov 2019 13:06 #1
  • Vous pouvez: Créer un nouveau sujet.
  • Vous pouvez: Répondre au sujet.
  • Vous pouvez: Ajouter des images.
  • Vous ne pouvez pas: Ajouter des fichiers.
  • Vous ne pouvez pas: Éditer votre message.
Modérateurs: Modérateur du Forum