Les réseaux sociaux sont-ils vraiment nuisibles ?

  • Messages : 174

Les réseaux sociaux sont-ils vraiment nuisibles ? a été créé par Modérateur du Forum

Les réseaux sociaux sont-ils vraiment nuisibles ? Ils nous ont rendus « exceptionnellement stupides », Estime Jonathan Haidt, psychologue social

Les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides », estime Jonathan Haidt, psychologue social à l'école de commerce de l'université de New York. Dans un article paru dans The Atlantic en avril, Haidt a affirmé que les grandes plateformes de réseaux sociaux « ont involontairement dissous le mortier de la confiance, de la croyance dans les institutions et des histoires partagées qui ont permis à une démocratie séculaire vaste et diverse de rester unie ».

Les débuts de l'internet dans les années 1990, avec ses salons de discussion, ses panneaux d'affichage et son courrier électronique, illustrent la thèse du non-zéro, tout comme la première vague de plateformes de médias sociaux, lancée vers 2003. Myspace, Friendster et Facebook ont permis de se connecter facilement avec des amis et des inconnus pour parler d'intérêts communs, gratuitement et à une échelle jamais imaginée auparavant.

En 2008, Facebook s'est imposé comme la plateforme dominante, avec plus de 100 millions d'utilisateurs mensuels, en passe d'atteindre les 3 milliards d'utilisateurs actuels. Au cours de la première décennie du nouveau siècle, les médias sociaux ont été largement considérés comme une bénédiction pour la démocratie. Quel dictateur pourrait imposer sa volonté à des citoyens interconnectés ? Quel régime pourrait construire un mur pour empêcher l'accès à l'internet ?

Le point culminant de l'optimisme techno-démocratique a sans doute été 2011, une année qui a commencé avec le printemps arabe et s'est terminée avec le mouvement mondial Occupy. C'est aussi l'année où Google Translate est devenu disponible sur pratiquement tous les smartphones. Le monde n’a jamais été aussi proche d'être "un seul peuple", et nous avions effectivement surmonté la malédiction de la division par la langue. Pour les optimistes techno-démocrates, cela semblait n'être que le début de ce que l'humanité pouvait faire.

En février 2012, alors qu'il se préparait à rendre Facebook public, Mark Zuckerberg a réfléchi à cette époque extraordinaire et a exposé ses projets. « Aujourd'hui, notre société a atteint un autre point de basculement, a-t-il écrit dans une lettre aux investisseurs. Facebook espérait reconnecter la façon dont les gens diffusent et consomment l'information ». En leur donnant « le pouvoir de partager, il les aiderait à transformer une fois de plus nombre de nos institutions et industries fondamentales. »

Au cours des dix années qui ont suivi, Zuckerberg a fait exactement ce qu'il avait dit qu'il ferait. Il a modifié la façon dont nous diffusons et consommons l'information, il a transformé nos institutions et il nous a fait franchir le point de basculement. Les choses ne se sont pas passées comme il l'avait prévu. Sean Parker, ancien président de Facebook, a attiré l’attention sur le phénomène : les réseaux sociaux seraient conçus pour exploiter les vulnérabilités humaines .

Avant 2009, Facebook offrait aux utilisateurs une frise chronologique simple : un flux continu de contenu généré par leurs amis et leurs relations, avec les publications les plus récentes en haut et les plus anciennes en bas. Le volume de ce flux était souvent écrasant, mais il était le reflet exact de ce que les autres publiaient. La situation a commencé à changer en 2009, lorsque Facebook a proposé aux utilisateurs de "J'aime" publiquement des publications en cliquant sur un bouton.[justify]La même année, Twitter a introduit quelque chose d'encore plus puissant : le bouton "Retweet", qui permet aux utilisateurs de soutenir publiquement un message tout en le partageant avec tous leurs followers. Facebook a rapidement copié cette innovation avec son propre bouton "Partager", qui est devenu disponible pour les utilisateurs de smartphones en 2012. Les boutons "J'aime" et "Partager" sont rapidement devenus des fonctionnalités standard de la plupart des autres plateformes.

Peu après que son bouton "J'aime" a commencé à produire des données sur ce qui "engage" le plus ses utilisateurs, Facebook a mis au point des algorithmes pour proposer à chaque utilisateur le contenu le plus susceptible de générer un "j'aime" ou une autre interaction, en incluant éventuellement le "partage". Des recherches ultérieures ont montré que les messages qui déclenchent des émotions, en particulier la colère contre les groupes marginaux, sont les plus susceptibles d'être partagés.

En 2013, les réseaux sociaux étaient devenus un nouveau jeu, avec une dynamique différente de celle de 2008. Si vous étiez habile ou chanceux, vous pouviez créer un post qui allait "devenir viral" et vous rendre "célèbre sur Internet" pendant quelques jours. Si vous commettiez une erreur, vous pouviez vous retrouver enseveli sous des commentaires haineux. Vos messages atteignaient la gloire ou l'ignominie en fonction des clics de milliers d'inconnus, et vous contribuiez à votre tour à ce jeu par des milliers de clics.[/justify]
 
Ce nouveau jeu encourageait la malhonnêteté et la dynamique de foule : les utilisateurs étaient guidés non seulement par leurs véritables préférences, mais aussi par leurs expériences passées en matière de récompense et de punition, et par leur prédiction de la réaction des autres à chaque nouvelle action. L'un des ingénieurs de Twitter qui avaient travaillé sur le bouton "Retweet" a révélé plus tard qu'il regrettait sa contribution parce qu'elle avait rendu Twitter plus méchant. En voyant les foules Twitter se former grâce à l'utilisation de ce nouvel outil, il s'est dit : « Nous venons peut-être de donner une arme chargée à un enfant de 4 ans. »

« En tant que psychologue social qui étudie les émotions, la moralité et la politique, j'ai vu cela se produire également. Les plateformes nouvellement retouchées étaient presque parfaitement conçues pour faire ressortir notre moi le plus moraliste et le moins réfléchi. Le volume de l'indignation était choquant », déclare Jonathan Haidt.Les réseaux sociaux ont à la fois amplifié et armé la frivolité. Des études universitaires récentes suggèrent que les médias sociaux ont un effet corrosif sur la confiance dans les gouvernements, les médias d'information, les personnes et les institutions en général. Un document de travail qui offre l'examen le plus complet de la recherche, dirigé par les spécialistes en sciences sociales Philipp Lorenz-Spreen et Lisa Oswald, conclut que « la grande majorité des associations signalées entre l'utilisation des médias numériques et la confiance semblent être préjudiciables à la démocratie ».[justify]
La littérature est complexe, certaines études montrent des avantages, en particulier dans les démocraties moins développées, mais l'examen a révélé que, dans l'ensemble, les médias sociaux amplifient la polarisation politique, fomentent le populisme, en particulier le populisme de droite, et sont associés à la diffusion de fausses informations.

Les programmes d'histoire ont souvent suscité des controverses politiques, mais Facebook et Twitter permettent aux parents de s'indigner chaque jour d'une nouvelle partie des cours d'histoire de leurs enfants, ainsi que des cours de mathématiques et des sélections littéraires, et de tout nouveau changement pédagogique partout dans le pays. Les motivations des enseignants et des administrateurs sont remises en question, et des lois ou des réformes de programmes trop ambitieuses s'ensuivent parfois, ce qui a pour effet d'affaiblir l'éducation et de réduire encore davantage la confiance en elle.

L'ancien analyste de la CIA Martin Gurri a prédit ces effets de fracturation dans son livre de 2014, The Revolt of the Public. L'analyse de Gurri se concentrait sur les effets de subversion de l'autorité par la croissance exponentielle de l'information, à partir d'Internet dans les années 1990. Écrivant il y a près de dix ans, Gurri pouvait déjà voir le pouvoir des réseaux sociaux comme un solvant universel, brisant les liens et affaiblissant les institutions partout où il s'étendait. Il notait que les réseaux distribués « peuvent protester et renverser, mais jamais gouverner ».

Les réseaux sociaux ont donné la parole à des personnes qui l'avaient peu auparavant, et ils ont permis de tenir plus facilement les puissants responsables de leurs méfaits, non seulement en politique, mais aussi dans les affaires, les arts, le monde universitaire et ailleurs. Avant Twitter, les harceleurs sexuels auraient pu être dénoncés dans des billets de blog anonymes, mais il est difficile d'imaginer que le mouvement #MeToo aurait eu autant de succès sans l'amélioration virale offerte par les grandes plateformes. Cependant, la "responsabilité" déformée des médias sociaux a également entraîné l'injustice et le dysfonctionnement politique de trois manières.

Premièrement, les réseaux sociaux donnent plus de pouvoir aux trolls et aux provocateurs tout en réduisant au silence les bons citoyens. Les recherches menées par les politologues Alexander Bor et Michael Bang Petersen ont révélé qu'un petit sous-ensemble de personnes présentes sur les plateformes de médias sociaux est très soucieux d'acquérir un statut et sont prêtes à recourir à l'agression pour y parvenir.

Ils admettent que, dans leurs discussions en ligne, ils jurent souvent, se moquent de leurs adversaires et se font bloquer par d'autres utilisateurs ou signaler pour des commentaires inappropriés. Dans huit études, Bor et Petersen ont constaté que le fait d'être en ligne ne rendait pas la plupart des gens plus agressifs ou hostiles ; au contraire, il permettait à un petit nombre de personnes agressives de s'en prendre à un nombre beaucoup plus important de victimes.

Deuxièmement, les réseaux sociaux donnent plus de pouvoir et de voix aux extrémistes politiques tout en réduisant le pouvoir et la voix de la majorité modérée. L'étude "Hidden Tribes", réalisée par le groupe pro-démocratie More in Common, a interrogé 8 000 personnes en 2017 et 2018 et a identifié sept groupes partageant des croyances et des comportements. Celui le plus à droite, connu sous le nom de "conservateurs dévoués", comprenait 6 % de la population américaine. Le groupe le plus à gauche, les "militants progressistes", comprenait 8 % de la population. Les militants progressistes étaient de loin le groupe le plus prolifique sur les médias sociaux : 70 % d'entre eux avaient partagé du contenu politique au cours de l'année précédente. Les conservateurs dévoués suivaient, avec 56 %.

Troisièmement, les réseaux sociaux députent tout le monde pour administrer la justice sans procédure régulière. Les plateformes comme Twitter se transforment en un véritable lieu, où les justiciers n'ont aucune responsabilité. Une attaque réussie attire un barrage de "likes" et de frappes successives. Les plateformes à viralité accrue facilitent ainsi les punitions collectives massives pour des délits mineurs ou imaginaires, avec des conséquences réelles, notamment la perte d'emploi de personnes innocentes et leur suicide par la honte. Lorsque notre espace public est régi par la dynamique de la foule et non par une procédure régulière, nous n'obtenons pas la justice et l'inclusion ; nous obtenons une société qui ignore le contexte, la proportionnalité, la pitié et la vérité.

Barack Obama a prononcé en avril un discours, à l'université de Stanford, où il a accusé les grandes plateformes d'avoir largement amplifié « les pires instincts de l'humanité ». Il a soutenu pendant son propos qu’il est temps de « choisir un camp » sur la question de savoir si les entreprises de médias sociaux doivent être réglementées par le gouvernement et rendues plus responsables du contenu publié sur leurs services. Il estime que la "désinformation" en ligne menace l'avenir de la liberté dans le monde. Dans le même ordre d’idées, les États membres de l'UE, la Commission et le Parlement ont finalisé samedi une nouvelle législation qui permettra de mieux lutter contre les dérives de l'internet comme les discours de haine, les campagnes de désinformation ou la vente de produits contrefaits.

Selon Jonathan Haidt, les réseaux sociaux nous ont rendus « exceptionnellement stupides ». Cela est plus visible dans les nombreuses théories du complot qui se répandent dans les médias. « "Pizzagate", QAnon, la croyance que les vaccins contiennent des puces électroniques, la conviction que Donald Trump a été réélu, il est difficile d'imaginer que ces idées ou systèmes de croyances atteignent les niveaux qu'ils ont atteints sans Facebook et Twitter. »

Source : An article by Jonathan Haidt
Publié sur le site Developpez.com le 24 juin 2022 à 05:58, par Bruno
Cliquer sur ce lien pour afficher l'article original  [/justify]
Dernière édition: 02 Juil 2022 09:43 par Modérateur du Forum.
02 Juil 2022 09:42 #1
  • Vous pouvez: Créer un nouveau sujet.
  • Vous pouvez: Répondre au sujet.
  • Vous pouvez: Ajouter des images.
  • Vous ne pouvez pas: Ajouter des fichiers.
  • Vous ne pouvez pas: Éditer votre message.
Modérateurs: Modérateur du Forum
© 2022 CAP des Clayes

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement comme la gestion des sessions. Ces cookies ne sont pas utilisés à des fins publicitaires. S'ils sont bloqués dans les paramètres de votre navigateur , certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, comme des "Captchas". Ces derniers peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décidez de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas mais certaines fonctions d'authentification risquent de ne pas fonctionner et/ou bloquer l'accès à certaines pages.

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies ne sont pas présents sur ce site web mais peuvent être déposés si vous vous connectez à ces types de site via un lien.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site comporte des liens vers des sites externes. Ces derniers peuvent déposer des cookies tiers sur votre machine, vous pouvez les refuser sans problèmes pour limiter le pistage.